Les KORAs  KAËLIG

 

  • Présentations des modèles.

 

Les nouvelles koras KAËLIG bénéficient de toutes les améliorations expérimentées pendant ces dernières années sur les koras réalisées pour les grands maîtres, en particulier avec la collaboration de Ballaké Sissoko et Madou Sidiki Diabaté.

 

 

Les seules différences entre les trois modèles de koras proposées par l'atelier de lutherie Kora Kaëlig sont les systèmes d'accordage.

 

Pour toutes mes koras j'utilise uniquement des chevilles (voir précisions en bas de page) :

  • Modèle  "HARDINO * " monté avec des chevilles de harpe qui nécessite l'utilisation d'une clef externe.
  • Modèle "SAWTA * " équipé de chevilles de violoncelle en ébène.
  • Modèle "SILA BA * " équipé de chevilles/mécaniques de précision "Fine Tuning".

 

 

Quelque soit le modèle choisi, la kora est proposée avec un design  similaire et sans options mais vous pouvez bien sûr l'optimiser et la personnaliser avec les options présentes dans le "Custom's Shop".

 * Les noms choisis différencient les systèmes d'accordage mais toutes les koras peuvent bien sûr être accordées avec la tonalité de votre choix...

 

Caractéristiques acoustiques.

 

Tous les modèles présentent des caractéristiques acoustiques similaires, je ne fais pas des "bonnes" koras pour les joueurs prestigieux et des moins "bonnes" koras pour les débutants ou les anonymes...

 

 

Quelque soit votre niveau de pratique ou votre notoriété, votre kora bénéficiera de la même attention  et sera fabriquée avec la même qualité de matériaux afin d'obtenir le meilleur résultat acoustique  !!!

 

Caractéristiques esthétiques.

  • Le corps de la kora.

Comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous, j'ai fait le choix de présenter un design sobre et épuré.

 

Je pense que la beauté d'une kora s'exprime avant tout par sa qualité acoustique qui reste ma priorité.

 

Cependant, pour répondre à vos envies de personnalisation, je vous propose différents cloutages qui permettront d'embellir votre kora dans la rubrique "Les Cloutages"...

 


  • Le chevalet.

Le chevalet est  un  modèle "Konsos" KAËLIG  inspiré des chevalets présents sur les koras traditionnelles.

 

La conception du chevalet est extrêmement importante car elle a une influence essentielle sur le résultat acoustique final de la kora, elle doit prendre en considérations plusieurs facteurs :

  1. Le chevalet doit tout d'abord répondre à son rôle premier qui consiste à transmettre les vibrations des cordes vers la peau (table d'harmonie).
  2. Il doit être solide et pour cela le chevalet est renforcé pour éviter les cassures des "dents" que l'on constate régulièrement sur les chevalets traditionnels.
  3. Il doit faciliter le changement des cordes ainsi que la possibilité de le retirer sans difficulté pour pouvoir installer les sonorisations, c'est pour cela que j'ai opté pour un chevalet à "entailles".
  4. Il ne doit pas "scier" les cordes d'ou le choix de finir les entailles par des trous lisses qui ne provoquent pas d'abrasion sur les cordes.
  5. Il est conçu pour accueillir jusqu'à 24 cordes et il est aussi prévu pour pouvoir installer les sonorisations KAËLIG/FWF SYSTEMES  proposées par l'atelier.

Prenant en compte toutes les contraintes exposées ci-dessus, il doit aussi être esthétique...

 


  • Les poignées.

Le design des poignées est  simple et élégant, il est le même sur toutes mes koras.

 

La partie supérieure des poignées dépassant du corps de la kora présente une forme conique qui améliore l'ergonomie et par conséquent le jeu de l'instrument.

 


  • Le manche.

Le design du manche est lui aussi épuré, il est uniquement orné de petites entailles sur la face avant avec une découpe en biseau de la tête du manche.

 


  • Le cordier.

Le cordier est le modèle "Keur Moussa" plus léger et à mon goût plus esthétique...

 


 

Caractéristiques communes à tous les modèles.

 

 

 

  • Des koras évolutives.

Une des principales caractéristiques à garder en mémoire est que les koras Kaëlig sont prévues pour être évolutives !!!

 

 

 

Vous pouvez commencer avec un modèle "HARDINO" sans aucune option et optimiser votre kora au gré de vos besoins et de votre budget.

 

Vous pouvez retrouver toutes les options dans la rubrique "Custom's Shop".

 

  • Le corps.

Le corps d'une kora Kaëlig est toujours constituée d'une calebasse d'environ 45 cm de Ø montée avec une peau de veau parcheminée de façon artisanale et traditionnelle.

 

Pour éviter que la calebasse se déforme en raison de la tension extrême subie pendant le montage et le séchage de la peau, les corps de toutes mes koras sont renforcés par un cerclage métallique.

 

Les corps font aussi préparés pour optimiser le résultat acoustique.

  • Le bois.

Toutes les parties en bois (manche, chevalet, cordier, poignées et transversale) sont en iroko, une essence de bois utilisée et reconnue pour la fabrication des percussions mandingues.

 

Traditionnellement, les koras sont fabriquées en bois de vène mais cette essence de bois est maintenant protégée c'est pour cela que j'ai porté mon choix sur l'iroko qui présente les qualités mécaniques et acoustiques requises pour la fabrication des instruments de musique.

  • Les manches.

Les manches sont conçus pour faciliter le changement des cordes et permettre l'accordage opposé (les cordes jouées par la main gauche s'accordent avec la main droite et inversement). Ils sont aussi conçus pour accueillir 23 cordes et des leviers chromatiques.

 

Les manches sont aussi prévus pour pouvoir changer le système d'accordage et ainsi évoluer d'un modèle "HARDINO" à chevilles de harpe vers un modèle "SAWTA"  à chevilles de violoncelle ou un modèle "SILA BA" équipé de chevilles "FINE TUNING". 

  

Pour limiter au maximum les ruptures de corde, j'utilise des sillets de harpe sur les manches.

  • Les cordes.

Sur tous mes instruments, j'utilise des cordes calibrées permettant des tensions équilibrées qui améliorent le confort de jeu et la qualité acoustique de la kora.

 

Les cordes sont en monofilament de nylon présentant une densité légèrement supérieure au fil de pèche ce qui permet d'obtenir un accordage plus stable sans nuire au timbre de l'instrument. 

 

  • Pourquoi des chevilles ?

Les premières koras que j'ai fabriquées étaient, comme celles des autres fabricants d'instruments « modernes », inspirées du travail des moines de Keur Moussa et j'ai constaté que les modèles à mécaniques présentaient sur mes koras comme sur celles des autres fabricants des problèmes de conceptions, en particulier pour les manches, générant des difficultés techniques dont les plus significatives sont les suivantes :

  • Problèmes de ruptures de cordes.
  • Changement de cordes et accordage difficiles.
  • Vibrations parasites.
  • Manque de résistance aux tensions de cordes élevées.

Par la suite, j'ai proposé des koras à mécaniques avec des améliorations techniques répondant en partie aux problèmes évoqués ci-dessus mais malgré les améliorations apportées quelques points restaient à améliorer.

 

C'est pour cela que j'ai décidé d'arrêter la fabrication des instruments à mécaniques pour orienter mon travail sur les modèles à chevilles qui présentent de meilleures caractéristiques techniques :

  • Facile à accorder, l'accord est fiable et précis.
  • Le manche massif permet d'obtenir une très bonne résistance à la tension et une meilleure conduction des vibrations.
  • L'expérience montre que les instruments à chevilles sont moins sujets aux ruptures de cordes et aux vibrations parasites.
  • Possibilité d'effectuer des augmentations importantes de tessiture avec un encombrement standard.